Traditionally coming from advertising and internationally known
for his interpretation of Pop-Art into the 21st century,
he masters the balancing act towards abstract art works
characterized by an inspiring alternating tension.
There he goes into the visionary, diffuse with his paintings -
knowing that only the willingness to work
in the unknown enables artistic utopia and freedom.
An artist on the throw-off
Museo Ferrari Maranello, Italy VfB Stuttgart PopArt-Series 125 Years i8 ArtCar „iGlacier” Catherine Palace St. Petersburg, Russia First European Artist Biggest German 2 wheel- and NSU Museum Legends of Le Mans Museum Volkswagen Wolfsburg, Germany National States Museum of Kazakhstan Meet the Artist Traditionally coming from advertising and internationally known for his interpretation of Pop-Art into the 21st century, he masters the balancing act towards abstract art works There he goes into the visionary, diffuse with his paintings - knowing that only the willingness to work characterized by an inspiring alternating tension. in the unknown enables artistic utopia and freedom. An artist on the throw-off.

DESCRIPTION DU TRAVAIL

De stratège pop à poète des couleurs

DAGMAR BURISH,
Historien d’art

 

Bernd Luz a l’instinct de collectionneur. Mais ce ne sont pas des choses que l’artiste et designer en communication diplômé de Neuhausen ob Eck collectionne assidûment, mais des trouvailles, des impressions et des images que la vie quotidienne lui envoie, pour ainsi dire.

 

Au cours de ses pérégrinations, le publicitaire, qui a également étudié le design photo, utilise son appareil photo pour capturer des choses qui pourraient enrichir sa « collection ».

 

Mais aussi le stock collectif d’images, plus accessible que jamais grâce à la technologie des médias d’aujourd’hui, se révèle être un trésor pour ses tableaux thématiques densément tissés, qui attirent l’œil avec des fonds de peinture aux couleurs vives et les retiennent captifs dans un réseau d’associations.

 

Les collages de médias de Bernd Luz s’insinuent habilement dans notre perception et invitent à un visionnage détendu car ils se passent de critique ou de provocation et demandent tout aussi peu de questionnement maussade.

 

Au contraire, l’artiste calcule et joue avec les habitudes de visionnage de ses contemporains, s’appuie sur le familier et utilise l’effet de reconnaissance.

 

Il ne s’intéresse pas à la révélation subliminale de la réalité, mais plutôt à l’abolition de la frontière entre la vie quotidienne et l’art. Il laisse l’art entrer dans sa vie et la vie dans son art – dans l’esprit du Pop Art, que lui et ses œuvres suivent.

 

Sur les traces du Pop Art

« Pour moi, il n’y a pas de différence entre l’art et la vie », a un jour proclamé Robert Rauschenberg, l’un des principaux représentants du Pop Art, qui a secoué et révolutionné le monde de l’art dans les années 1960 parce qu’il a été le premier mouvement d’art moderne à avoir connu une expansion rapide et large. et un succès efficace auprès du public. C’est alors que l’imagerie commerciale fait son entrée dans l’art, le rendant facilement accessible « populaire » au grand public. Séduisant, glamour avec des couleurs stimulantes et un attrait résolument décoratif, le Pop Art a fait son chemin dans la conscience collective – à ce jour.

 

Beaucoup d’icônes de la pop comme A. Warhol, R. Rauschenberg ou J. Johns étaient à l’origine issues de l’industrie de la publicité – l’une affichiste, l’autre décoratrice – elles connaissaient très bien la pratique de « créer un monde d’illusion » et elles ont pris cette connaissance avec eux dans leur art.

 

Mais ce n’est pas seulement la modernité des motifs picturaux, mais aussi la liberté des moyens qui ont depuis déplacé les coordonnées valables dans le domaine de l’art. Soudainement, il y avait d’innombrables façons de se libérer en tant qu’artiste d’avoir à inventer une technique, un style ou une imagerie pour produire quelque chose de nouveau. Les artistes pop se sont permis de référencer différents thèmes et images, d’adopter un style à volonté et d’employer des méthodes de production inhabituelles.

 

Et parce que le Pop Art ne s’entend ni comme un style ni comme une école (ses manifestations étaient trop disparates), mais plutôt comme une approche, il a su préparer le terreau fertile que les héritiers du Pop Art jusqu’à aujourd’hui encore. Des emprunts ou parallèles au Pop Art se retrouvent également dans l’œuvre de Bernd Luz, comme la parfaite maîtrise du monde médiatique (ne serait-ce que pour des raisons professionnelles), le recours à des images cultes, l’imbrication consciente du design et de l’art et la la manipulation ouverte du travail de commande, c’est-à-dire l’exploitation commerciale de ses inventions picturales.

 

Ses images suscitent des émotions, elles veulent plaire et elles trouvent leur public dans de nombreuses expositions dans la région, mais aussi bien au-delà des frontières.

 

Le mix média fonctionne

Les œuvres mix-média émaillées de citations d’images, dédiées à divers complexes thématiques, ont un effet « attractif ». La représentation correspond au principe du collage dans l’isolement et le réarrangement des éléments – et ici aussi Bernd Luz part sur les traces des artistes pop.

 

Outre les ancêtres du collage, les dadaïstes et les surréalistes, les Combine Paintings de R. Rauschenberg ont peut-être inspiré son style de composition particulier. C’est lui qui a développé de nouvelles possibilités picturales à partir du principe du collage en intégrant des photos en noir et blanc et en couleur dans ses peintures à l’huile dans le processus d’impression.

 

Bernd Luz procède de la même manière lorsqu’il photographie et traite par ordinateur les emblèmes de notre culture sur la toile peinte à la peinture acrylique en utilisant l’impression contemporaine au solvant (une technique d’impression numérique) et dans une étape ultérieure les accentue à nouveau avec des interventions peintes.

 

La combinaison de peinture et de photomontage qui en résulte d’une part accentue l’action de la conception artistique et d’autre part donne à l’image une multidimensionnalité indéfinie dans laquelle les couches de couleurs et de motifs s’interpénètrent comme dans des visions oniriques. L’emboîtement compositionnel des reproductions d’images collectées, intégrées dans des espaces de couleurs suggestifs, ressemble d’une certaine manière à des croquis peints, sur lesquels citations, notes et trouvailles visuelles d’origines les plus diverses se rejoignent et se côtoient sur un pied d’égalité. L’art consiste à regrouper l’espacement disparate, le temporellement séparé, l’artistiquement différent, le propre et l’étranger dans une déclaration visuelle convaincante.

 

Bernd Luz se révèle ici un habile arrangeur. Il réussit à mettre en scène des extraits comme référence à des enchaînements complexes de telle sorte que des histoires entières se déroulent à l’écran. Il est possible que l’expérience qu’il a acquise avec le travail cinématographique dans sa jeunesse lui vienne en aide.

 

Dans les paysages urbains, il emmène le spectateur dans un voyage virtuel : Venise, Vienne, Paris, New York… apparaissent dans l’esprit en fonction de leurs repères respectifs et déploient leur magie. Les motifs cultes tels que le pouvoir des fleurs et le woodstock évoquent une attitude d’époque envers la vie et les icônes des temps modernes (Elvis) ainsi que les classiques (Goethe) évoquent des réalisations culturelles pionnières, quoique de types très différents.

 

Mais cela aussi, c’est de la pop, le traitement égal du trivial et du sophistiqué, l’effacement de la frontière entre la culture de masse et le grand art. De nos jours, la haute et la basse culture sont depuis longtemps dans une tension alternative inspirante et le traitement des anciennes contradictions est détendu.

 

Enfin, les œuvres de l’artiste et designer Bernd Luz attirent l’attention sur cela et donc des tableaux de ville, des portraits d’animaux (yeux dans les yeux avec des aigles, des loups, des ours et Cie), l’hommage aux courses historiques (présent dans un exposition au Musée National Cité de l’Automobile de Mulhouse) et de nombreuses personnalités cultes se côtoient de manière cohérente au sein d’un catalogue d’œuvres.

 

« Je mets en œuvre ce qui me touche », déclare Bernd Luz, échappant avec succès au classement en catégories fixes.

 

Espaces colorimétriques abstraits

Il y a maintenant une autre facette relativement nouvelle dans le travail de l’artiste. Cela a déjà été créé dans le travail Mediamix et a maintenant « pris tout seul ». Ce qui était autrefois fond et accompagnement devient aujourd’hui l’acteur principal : la couleur.

 

Renonçant à toute allusion et figure figurative, Bernd Luz s’abandonne entièrement, ainsi que la surface de l’image, au jeu de la couleur, de la structure et de la lumière. Au lieu du réseau étroitement imbriqué de motifs dans les collages, il y a un espace colorimétrique purement illusionniste, généralement dominé par une couleur qui donne le ton (« Sentimental Yellow, … Red, … Blue »).

 

L’approche n’est plus conceptuelle, mais basée sur l’humeur. Au lieu de concevoir une image déchiffrable de la réalité, la réalité de l’image se reflète dans la peinture – la devise est de penser avec la couleur lors de la peinture.

 

« Parfois, j’imagine les couleurs comme des pensées vivantes. Des êtres de pure raison avec lesquels je peux me débattre. » Cette citation de Cézanne, à laquelle Bernd Luz a dédié une de ses compositions, est programmatique pour sa phase actuelle de travail.

 

Dans ces images mentales abstraites, des bandes de couleur, dessinées sur la surface à la raclette, structurent et orientent : se croisant, accompagnant ou se superposant, le plus souvent transparentes, coulantes ou figées comme en staccato, elles donnent à l’espace pictural une profondeur apparemment illimitée. Le spectateur « entre » dans les espaces chromatiques d’ouverture et est captivé par les ambiances qui peuvent être ressenties avec les sens.

 

L’atmosphère de ce tableau est renforcée par des lignes de poésie accompagnant les tableaux. Le mot et l’image travaillent ensemble, selon la formule « Ut pictura poesis » inventée autrefois par Horace – la poésie est comme la peinture. En d’autres termes, le poème est une image parlante et la peinture est une poésie silencieuse. La poésie et la peinture obéissent aux mêmes lois structurelles et touchent l’âme.

 

Bernd Luz est un esprit créatif, polyvalent et occupé, mais qu’il s’agisse d’un espace chromatique poétique et atmosphérique ou d’un collage de motifs denses, il reste fidèle à lui-même et à sa préoccupation la plus profonde : il est soucieux de la communication, car cela relie les gens – et l’art n’est-il pas la plus belle forme de communication ?